Page d'accueilBienvenue aux familles en deuilTémoignages de familles

Les différents témoignages.

Seuls avec leur douleur.
Poème.
Témoignage de solidarité.
Autre témoignage.

Seuls avec leur douleur !

"Tout le monde autour de moi me disait de relativiser, que j'étais jeune, que je pouvais avoir d'autres enfants. Cependant, je me sentais seule avec ma douleur et j'avais presque honte de me plaindre".
(Jeune maman ayant perdu une petite fille au cours de son 8ème mois de grossesse).

"Il est essentiel de rencontrer des personnes ayant vécu le même drame pour exorciser sa douleur".
(Papa membre d'une association voisine de LéA VIE).

Poème.

L'annonce de ta venue m'a comblée
Je t'ai imaginé, je t'ai representé
Je t'ai senti tout doucement grandir.
En moi, la vie prenait sa place !
J'ai senti mon ventre bouger, remuer
Je t'ai alors parlé, à ta manière
tu me repondais !
J'ai préparé tes affaires, décoré
ta chambre, fait ton lit
Mon ventre était tendu, parfois
me faisait mal...
Et puis le grand jour est arrivé !
Mais brutalement tout s'est écroulé
Quand on m'a dit que je ne
t'entendrai jamais crié !
Et puis tu es né ....
dans la douleur morale de ne jamais te connaître.
Acte inachevé. Pour toi Clément.
(Flo)

Madame Florence DUPUIS, nouveau Président. -


Témoignage de solidarité

Ce film est un peu celui que j'aurais aimé voir la première fois que j'ai été confrontée à la souffrance de la perte d'un bébé en fin de grossesse. Mais il a fallu que j'en perde un second, deux ans après, pour avoir le courage d'aller à la rencontre d'autres personnes ayant vécu la même épreuve".
(Quelques phrases d'une lettre reçue de Valérie Ganne, réalisatrice du film sur le deuil périnatal : Petits fantômes)

Autre témoignage (sujets très délicats)

Il est des sujets certes très délicats.
Peut-on librement dire sans honte "j'ai perdu mon bébé" ?
Qu'est ce que ça veut dire ? fausse couche, avortement, fausse couche tardive, IMG, mort in utero, mort subite du nourrisson, décès d'un nouveau né suite à une maladie ou un accident.... Le sujet est vaste mais n'en ai pas moins douloureux pour toutes celles qui l'on connu. Pour ma part j'ai perdu un petit garçon à 39 semaines d'aménorrhée, pour ainsi dire à terme d'une grossesse sans faille où tout ce passe bien sans douleur, ni gène d'aucune sorte. Il est mort dans mon ventre, sans explications, certains diront c'est la nature ! ouai, bof ! la nature des fois !!!!
Je sais que beaucoup de femmes passent par là ! elles en parlent ou pas, nous avons toutes le choix.
Essayons de faire avancer le sujet pour qu'il ne sois plus tabou. Essayons de montrer une autre vision de notre peine à nos proches et prouvons leur que ces bébés ont fait parti de notre histoire et de nous même mais n'oublions pas que le plus important est de VIVRE et donc d'aller de l'avant. Le deuil est très long.
Flo.